De Sisteron à … Blasimon, un millier de km à pied sur le GR6

Voilà un mois tout pile que nous avons bouclé notre périple sur le GR6, et que je ne m’étais pas encore déterminée à écrire. Nous avons finalement parcouru plus de mille kilomètres, marchant de Sisteron à Blasimon, en Gironde. 

Pourquoi s’arrêter à Blasimon ? Parce que le GR 6 n’était déjà plus qu’à moitié balisé depuis Sainte-Foy-la-Grande et que nous avions atteint les 1000 bornes. Et que ça faisait trois mois que nous étions partis.

Evidemment, j’ai une foule d’articles à écrire sur cette « expédition », et des milliers de photos à trier.

En vrac : 

  • Quel matériel résiste à trois mois de rando itinérante ?
  • Météo, nourriture, bivouacs, quelle organisation pour une si longue randonnée ?
  • Qu’est-ce que « ça fait » de marcher pendant trois mois ?
  • Qu’est ce qu’on mange (très important !) ?
  • Quels animaux et quelles plantes avons-nous eu la chance d’observer ? 

 

C’est encore un peu difficile de s’y replonger, sachant que la grande aventure est terminée… Mais je vais m’y mettre, petit à petit.

(photo de une : bivouac  installé à côté de la source du Col de l’Asclié, dans les Cévennes)

 

crédit : A. Robinet

4 pensées sur “De Sisteron à … Blasimon, un millier de km à pied sur le GR6

  • 3 janvier 2018 à 12 h 36 min
    Permalink

    Bonjour,
    Bravo pour cette aventure !

    Nous nous sommes engagés dans la même randonnée que vous mais en partant de Sainte Foy la grande. Contrairement à vous nous parcourons un tronçon de ce GR tous les ans (environ 100 km par an). Nous sommes rendus à Gramat un peu après Rocamadour et nous projetons de continuer en faisant le tronçon Gramet- Espalion. Mais je viens de remarquer que ce tronçon emprunte en grande majorité le GR 65 (chemin de Compostelle) et je dois avouer que préférant la tranquillité cela ne m’enchante guère. Bref, j’aurais voulu savoir ce que vous avez pensez de ce tronçon en terme de fréquentation et de paysage et si cela ne vaudrait pas le coup de recommencer notre périple a Espalion.

    PS : pour l’anecdote ma copine s’appelle Alice et nous avons la même tente que vous !

    Alan

    Répondre
    • 9 janvier 2018 à 10 h 49 min
      Permalink

      Bonjour Alan (et Alice!),

      100km par an, c’est déjà pas mal ! Encore quelques années pour arriver au bout 😉 Comment vous rendez-vous sur votre randonnée ? Train aller et train retour ? Par ce que dans le coin il n’y a pas énormément de gares SNCF…

      D’abord, il y a la portion Gramat-Figeac (~45km). C’est champêtre avec quelques jolis monuments mais ce n’est pas plus très sauvage. Le village de Cardaillac est classé « plus beau villages de France » mais c’est loin d’être le plus beau dans ce classement. Ensuite depuis Figeac, le trajet passe par Decazeville qui ressemble à une ville minière désolée…Bref, pas génial.

      Par contre, un super endroit où passer c’est Conques. Le village est magnifique et c’est une étape importante sur le chemin de Saint Jacques. C’est une ambiance particulière et on y est resté une journée pour visiter l’abbatiale. Figeac-Conques ça fait déjà plus de 50km. Il y ensuite le trajet Conques – Espalion qui est agréable et qui passe par Estaing (plus beau villages de France). C’est assez sauvage avec de beaux bivouacs à faire entre forêts et champs. Ça vaut quand même le coup.

      Ensuite il y a la portion Espalion-Saint Chély d’Aubrac qui suit le GR65 qui est sympa également. Saint-Chély, c’est la porte de l’Aubrac (Profitez en pour manger de l’aligot !)

      Concernant le nombre de marcheur sur les chemins de Saint-Jacques, il faut voir deux points :

      – A quelle période allez vous randonner ? Nous y étions fin juin/début juillet et c’était la période creuse. Au printemps et en plein été il y a beaucoup plus de monde.
      – De toute façon, vous allez dans le sens inverse des pèlerins, vous allez donc en croiser beaucoup plus que si vous marchiez en sens inverse !

      Après, si vous avez des doutes sur ces portions, on vous recommande de parcourir l’Aubrac, puis le Causse Méjean, puis les Cévennes et enfin une petite partie dans le Gard (en gros, depuis Espalion, voir Conques, jusqu’au Pont du Gard soit 165km) . C’est le plus beau morceau de la rando. Si vous marchez avant l’été, vous serez seuls au monde sur les causses et dans les Cévennes !

      Sur tout le GR 6, voici ce qu’on a préféré, dans l’ordre :
      1. Les Cévennes
      2. Le causse Méjean
      3. Le Luberon
      4. L’Aubrac

      Nous avons mis en ligne la trace complète sur ce site (https://www.visugpx.com/DVAK12CgqJ), c’est plus simple à exploiter…

      Voilà, si vous avez encore des questions, on est là !

      Alice et Thibault

      Répondre
      • 3 mai 2018 à 11 h 52 min
        Permalink

        Bonjour,

        Merci pour toutes ces informations ! Nous partons ce samedi et nous avons finalement décidé de faire la portion Gramat-Espalion et comme on voulait un peu visiter, on va faire un jour de repos à Figeac et un jour de repos à Conques. Il risque d’y avoir du monde mais ce n’est pas grave ce sera l’occasion de faire des rencontres ! On dira aux pélerins qu’on revient de Saint-Jacques 🙂

        Du coup, vous nous avez mis l’eau à la bouche et on a déjà hâte à l’année prochaine pour la plus belle partie du parcours!

        Alan

        Répondre
  • Ping :Épreintes de loutres et martins-pêcheurs : trois jours de canoë sur la Dordogne - Godillots & popote

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.