Quel équipement pour six jours de bivouac dans les Cévennes ?

Comment ne pas charger inutilement son sac en rando ? Quel matériel avons-nous pu tester et approuver (ou pas) ? Voici notre équipement pour le GR67, soit une semaine de rando, où nous avions prévu de rencontrer des jours de pluie, et des températures entre 0°C et 20°C. 

Cette note n’a évidemment pas pour but de faire de la publicité aux produits cités, mais simplement de donner notre avis sur ceux que nous utilisons. Nous les avons choisi en fonction de nos corps, nos besoins, la météo/l’altitude de nos destinations. 

Tous ont été utilisés lors de notre Tour du Pays Cévenol, 125 kilomètres parcourus en six jours, où nous avons rencontré majoritairement du beau temps, mais aussi de la pluie, de la grêle, de la neige, et beaucoup de vent.

Ils représentent un sérieux investissement de plusieurs années, et certains ne seront sûrement pas pertinents pour vous ! Si vous souhaitez des avis plus approfondis sur un matériel que nous utilisons, n’hésitez pas à poser la question en commentaires 🙂

 

Voilà l'intégralité de mes vêtements pour la rando !
Voilà l’intégralité de mes vêtements pour la rando !

Les vêtements

Pour Thibault
  • chaussures : de marque Asolo, modèle Khumbu G V
  • Trois paires de chaussettes, dont deux nouvelles en mérinos (Icebreaker). Une fois les chaussures enlevées, on sent la différence 😉
  • Un boxer en mérinos (Icebreaker), et un boxer en coton classique
  • Un pantalon de rando de marque Eider, modèle Galapagos. Toujours aussi pratique, Thibault le porte depuis trois ans et n’y trouve qu’un défaut : les jambes un peu courtes pour son mètre 94
  • Un t-shirt mérinos manches courtes Quechua Décathlon (bien et pas cher)
  • Un t-shirt manches longues en mérinos Icebreaker chaud, avec grammage de 200g/m2
  • Une polaire Kathmandu avec empiècement respirant
  • Une doudoune sans manches en duvet Quechua de Décathlon, qui fait un très bon oreiller 🙂
  • Une veste Gore-Tex deux couches de marque Eider
  • Un bonnet de laine, des gants idem
  • Nouveauté très appréciée par nous deux : un tour du cou en mérinos, qui sert de cagoule/bonnet/écharpe/bandeau selon le moment
  • Un chapeau (Fjällräven, extra-léger, sèche très vite)
  • Un oubli : le collant pour la nuit, qui n’a finalement pas été indispensable, pour Thibault en tout cas !
Pour moi
  • Mes chaussures habituelles Kayland, rien à signaler de particulier, si ce n’est qu’elles commencent à avoir vu du terrain !
  • Deux paires de chaussettes en mérinos : mes Patagonia habituelles et une nouvelle paire de marque Icebreaker, que j’ai bizarrement trouvée trop chaudes, et qui me faisait suer des pieds, phénomène hautement inhabituel pour ma petite personne  !
  • Deux culottes, dont une en mérinos (aussi Icebreaker, leader en la matière) achetée quelques jours avant la rando. Mettons les pieds dans le plat : la culotte en mérinos c’est rigolo, mais surtout c’est antibactérien et ça assure une meilleure hygiène intime. Parce que la mycose en randonnée, ça doit pas être génial… Culotte en mérinos + protège-slip quotidien = combo gagnant. Voilà, c’est dit.
  • Un collant Icebreaker 280, le grammage max, qui était censé être porté la nuit, mais que j’ai finalement plus utilisé de jour, lorsque la météo était trop fraîche ( = neige en avril !)
  • Un pantalon de randonnée de marque Trangoworld que j’ai mis longtemps à trouver, les fabricants ne semblent malheureusement pas très au point sur les coupes féminines…
  • Un t-shirt manches courtes en laine mérinos Patagonia, acheté en soldes, avec une coupe souple que j’aime beaucoup
  • Un t-shirt en mérinos manches longues, utilisé surtout la nuit, mais aussi les jours de neige/vent (reçue à Noël, merci :))
  • Une polaire, nouvel achat, Millet, la LD Trident Polaire je crois, dont j’aime la longueur des manches, qui vont jusqu’aux mains avec des trous pour les pouces. Elle descend aussi bien sur les hanches, et possède des empiècements plus épais à certains endroits, parfaits pour la grande frileuse que je suis. Rien à redire à ce cadeau de Noël !
  • Mon habituelle veste deux couches et demi, toujours aussi pratique, très légère, The North Face, achetée en soldes sur un site de ventes en ligne
  • Une doudoune en duvet sans manches Rab, portée dès que nous étions statiques, et qui sert aussi d’oreiller. Rien à redire, j’aime bien les poches intérieures avec une douce polaire pour réchauffer les mains
  • Bonnet : en polaire, Décathlon, pas cher et pratique
  • Gants : Hum. Mes petits gants de ville, absolument pas adaptés, achetés à H&M. Probablement un futur achat, quand j’en trouverais une paire satisfaisante pour mes mini-mains aux paumes larges. 
  • Et comme Thibault, le truc dont je me demande comment j’ai pu me passer jusqu’à présent : un « tube » multifonctions en mérinos, qui ne m’a pas quittée de la rando !
  • ( Je n’avais pas de chapeau et ça m’a manqué, coups de soleil à l’appui !)

Le couchage

La tente : toujours la Eureka! Spitfire duo XT, un modèle d’été pas très cher qui présente plusieurs particularités : une ouverture des deux côtés, une forme en cerf-volant, et surtout pas d’abside, mais une longueur très importante de 3m20 à l’intérieur. Notons qu’elle a bien résisté à une nuit particulièrement venteuse.

Pour Thibault : un matelas autogonflant Therm-a-rest Prolife Régular, un drap de soie, et un sac Sea to Summit TK2. Il n’est pas frileux, et son matériel lui convient bien.

Pour moi : un matelas en mousse Therm-a-rest basique, que j’ai coupé car trop long, et qui, s’il n’est pas très confortable, ne craint pas d’être percé et sert d’assise en bivouac lors des repas. Soit, plus de confort le jour, moins de sommeil la nuit. (J’hésite à passer à un auto-gonflant, mais c’est un investissement, et vu le double usage du mien, je n’ai pas encore tranché).

Pour la première fois, je n’ai pas eu trop froid, en complétant à la dernière minute mon Swing 700 de Valandré par un drap en polaire Thermolite Reactor de Sea-to-Summit. Ce dernier ajoute du confort en plus de la chaleur, car il est extensible et donc moins gênants pour les mouvements dans le duvet que les draps de soie. Incroyable : j’ai même pu dormir sans mon caleçon en mérinos 🙂 ! 

La popote

La popote (il faut bien que ce blog justifie son nom !) : deux sporks (Lightmyfire), un réchaud Primus express, deux cartouches de gaz, une pierre à feu, et une popote, donc, Stainless Glacier avec deux assiettes creuses incluses,  ainsi que deux gobelets.

Deux poches à eau (Sources widepack) deux litres et une gourde flexible (Source Liquitainer deux litres).

Les sacs

Pour les sacs, j’ai toujours mon Deuter 35+10 spécial dos courts, qui reste confortable. Mon seul souci : l’absence de protection de pluie intégrée, que je pallie avec un poncho pour sac décathlon, légèrement petit.

Et Thibault a investi dans un Gregory Paltoro 65. Son avis : « un poil grand pour notre utilisation, très bon portage, bien accessoirisé avec les sangles. Une ceinture très pratique qui s’adapte bien au bassin, les mousses sont très formées, peut-être un peu trop, cela m’a causé quelques bleus avec mes coutures du pantalon. « 

Thibault avait aussi des bâtons de marche Komperdell modèle Carbon C3 Powerlock. Que je lui ai piqué durant une bonne moitié de la randonnée ! C’est clairement mon prochain investissement, mais sûrement dans un autre modèle, car entre mon 1m57 et son 1m94, il y a une sacrée différence de besoins :). 

Pour le reste : couteaux suisses, lampes frontales, trousse à pharmacie, nourriture, mini-serviettes de toilettes, un appareil photo, nos papiers, du papier toilette, etc.

 

Mon sac à dos Deuter équipé de sa housse de pluie Décathlon.
Mon sac à dos Deuter équipé de sa housse de pluie Décathlon.

3 pensées sur “Quel équipement pour six jours de bivouac dans les Cévennes ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.