Les Pyrénées en septembre, étape 1 : du Pont d’Espagne au refuge des Oulettes de Gaube

Mi-septembre, nous sommes partis pour une boucle de quelques jours dans les Pyrénées, autour du massif du Vignemale, le plus haut sommet des Pyrénées françaises. Attention, ça grimpe ! 


 

Premier contretemps : nous avons dû retarder notre départ, au risque de faire toute la rando sous la pluie/neige. Voilà ce qu’on risque en fin de saison…

Heureusement, nous avons deux semaines de vacances, et profitons des quelques jours de mauvais temps pour s’attarder dans le Lot et dormir dans cette jolie yourte, ce qui n’est pas franchement désagréable !

Partir du Pont d’Espagne, situé dans la commune des Cauterets, est intéressant, car c’est une station touristique avec un parking sûr, et qui ne coûte que 8 euros plus de 12h. D’autre part, le Pont d’Espagne est situé à plus de 1400 mètres d’altitude, donc, pour ceux qui galèrent un peu physiquement en montée (comme moi), c’est déjà ça de gagné !

Voici la carte de notre première journée : http://www.calculitineraires.fr/serviceweb/carteweb.php?id=567848&zoom=11&type=G_PHYSICAL_MAP

Question topo, cette rando se fait avec l‘IGN 1647 OT, (Vignemale, Ossau, Arrens, Cauterets.). 

Le départ du Pont d’Espagne est très agréable, avec des passerelles au-dessus de beaux torrents bouillonnants. Le ciel est assez nuageux, mais il ne pleut pas (encore !).

Jusqu’au très beau Lac de Gaube, situé à 1730m, l’ascension est super. Nous déjeunons sur les bords du lac, tandis que trois bergers font descendre leur troupeau devant nos yeux.

 

Après la première pause, la grimpette se complique peu à peu. Il nous reste 500 mètres de dénivelés à parcourir, et le temps se dégrade. Le paysage reste très beau, un vallon assez encaissé, puis de curieux plateaux humides, qui ressemblent un peu aux landes écossaises.

Sur le GR 10 , nous croisons quelques randonneurs, mais aussi quelques Izards et marmottes par-ci-par-là, trop loin pour le zoom de l’appareil photo.

On se prend même une averse de grêle sur la tête, avant d’arriver assez tardivement au refuge des Oulettes de Gaube ! Les housses de pluies sont sorties et les vestes 2 couches enfilées.

Nous prenons de l’eau au refuge et partons installer notre tente en suivant les panneaux indiquant la zone de bivouac.  Elle n’est pas terrible : le sol est trempé, nous sommes à dix minutes du refuge. Juste en dessous d’une pente de grosses pierres, ce qui ne me rassure pas.

Nous commençons à faire à manger, lorsqu’il se remet à pleuvoir assez franchement. Dès que c’est possible, retour dans la tente.

Toutes nos affaires sont humides, certaines sont carrément trempées, et le thermomètre a bien baissé, le gel n’est pas loin. La première nuit s’annonce compliquée pour moi, qui suis très frileuse, même si j’ai acheté un duvet Valandre Swing 700 pour l’occasion.

Nous avions prévu de faire un aller-retour sur un sommet à 3000 mètres le lendemain, le Petit Vignemale, mais vu les conditions, je ne serais peut-être pas assez en forme. Ça m’embête.

Une pensée sur “Les Pyrénées en septembre, étape 1 : du Pont d’Espagne au refuge des Oulettes de Gaube

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.