Compostelle, le Chemin des Incas et le Lac Baikal, voyager en tournant les pages

Avec ce 7e post, j’inaugure une nouvelle catégorie, la librairie des grands espaces, dédiée à des livres qui m’ont fait voyager. Aujourd’hui, en voici trois d’un coup !

 

Machu Pichu, première à droite, Mark Adams

Ce livre, écrit par un journaliste américain new-yorkais, raconte son périple sur une partie du Qhapaq Ñan, le chemin des Incas au Pérou, avec un guide australien nommé John Leivers.

Marchant sur les traces de l’explorateur Hiram Bingham, Mark Adams nous emmène découvrir la civilisation Incas et le site du Machu Picchu.

Je ne connaissais rien au Machu Picchu et pourtant ce livre m’a captivée. À la fois récit de voyage et biographie d’Hiram Bingham, ce livre est dense, drôle et instructif ! Et bien sûr, il m’a donné envie d’emprunter, moi aussi, le Qhapaq Ñan.

Il est édité chez Arthaud dans la collection Esprits voyageurs.

 


 

Immortelle randonnée, Compostelle malgré moi, Jean-Christophe Rufin

Académicien, médecin, ancien ambassadeur et bien sûr écrivain, avec notamment Rouge Brésil, prix Goncourt 2001, Jean-Christophe Rufin est aussi un adepte de la rando.

Dans Immortelle randonnée, il retrace donc les 800 kilomètres qu’il a parcouru entre Hendaye et Saint-Jacques de Compostelle, sur l’un des tracé du Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

J’y ai découvert le folklore de ce Chemin particulier, que l’on peut tout à fait emprunter, à la manière de Jean-Christophe Rufin, sans qu’il ne s’agisse véritablement pour soi d’un pèlerinage catholique.

La saleté du pèlerin, la nécessité de trouver un endroit caché où faire ses besoins naturels à l’entrée d’une ville, Jean-Christophe Rufin ne cache rien des aspects les plus concrets de la rando, et c’est drôle.

Il est édité chez Guérin, dans la collection Démarches.

 


 

Dans les forêts de Sibérie, Sylvain Tesson

Ce troisième livre n’est pas, contrairement aux récits précédents, l’histoire d’une randonnée, mais celui d’une expérience de la nature et de la solitude.

Avec Dans les forêts de Sibérie, l’écrivain voyageur et amateur d’alpinisme Sylvain Tesson raconte son installation durant six mois -entre février et juillet 2010- dans une cabane en bois, une isba, au bord du Lac Baïkal en Sibérie.

À plusieurs jours de marche d’un village, il y mène une existence digne d’un ermite, si ce n’est sa provision d’alcool et de livres.

Ce livre m’a ramenée à mes douze ans, et les romans de Jack London, Dersou Ouzala de Vladimir Arseniev, ce genre d’aventures nordiques…

Édité chez Gallimard, en collection Folio.

Si vous avez des lectures de ce type à me suggérer, j’attends vos commentaires !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.